Ésotérisme, occultisme et mysticisme c’est quoi la différence ?

Que signifie occultisme et quelle est la différence avec l’ésotérisme et le mysticisme ? Les termes « occultisme », « ésotérisme » et « mysticisme » sont fréquemment considérés comme des synonymes. Penchons-nous sur ce qui caractérise chacune de ces pratiques pour en connaître les liens et les différences.

En quoi consiste l’occultisme ?

Du latin occultus qui signe « secret, caché », cette approche regroupe l’ensemble des sciences occultes (astrologie, magie, divination, médecine parallèle, alchimie…) qu’elle associe aux secrets des forces naturelles. Contrairement à la méthode initiatique de l’ésotérisme, les connaissances peuvent être transmises à travers différents canaux : conférences, livres, ateliers, rencontres informelles, communautés virtuelles.

Quels sont les sujets abordés par l’occultisme ?

Dans le discours occulte, il est question de radiations, de fluides, d’ondes, de corps astral, de géométrie sacrée, de metraton et autres entités astrales, d’espritsL’exploration alchimiste et des Forces surnaturelles peut aussi faire partie des thématiques abordées. On peut également y retrouver l’utilisation de symboles ésotériques.

Les pratiques occultes

Cette méthode se décline dans un grand nombre de pratiques occultes :

  • Radiesthésie,
  • Hypnotisme,
  • Alchimie,
  • Astrologie,
  • Tarot,
  • Magnétisme,
  • Chamanisme,
  • Spiritisme

La science officielle d’aujourd’hui considère cette pratique comme étant une pseudoscience. Selon les scientifiques, le risque de tomber dans des pièges sectaires obscurs (satanisme, magie noire, nécromancie…) y est plus présent que dans la tradition ésotérique.

Qu’est-ce que l’ésotérisme ?

Originant du mot grec esoterikos (intérieur), cette pratique réfère à la transmission de la connaissance – la gnose – à travers l’initiation. Contrairement à l’occultisme, seuls les membres d’une confrérie, d’une loge ou d’une école d’initiés peuvent accéder à cet enseignement et ses mystères. De plus, l’accompagnement des disciplines est assuré par des guides ou maîtres, dont le rôle est de permettre aux initiés de s’ouvrir à la vérité.

Symboles ésotériques, symboles magiques, voyance, objets de rituels (pentagramme, pentacles…) servent d’outils à cette transmission. La pensée ésotérique a pour intention de favoriser une attitude humaniste, la libération de l’être et son retour à l’unité divine ou cosmique.

Des règles plus rigoureuses

Si l’occultisme fonctionne dans un cadre assez souple, la pratique ésotérique se pratique dans un cadre défini et avec des règles précises (organisation, méthodes, outils, rituels…); elle est également plus élitiste. Cette pratique est parfois adoptée par des gens peu scrupuleux, intéressés à s’enrichir et à acquérir du pouvoir sur autrui.

Si l’occultisme privilégie la maîtrise de forces mystérieuses, l’ésotérisme vise plutôt la compréhension des lois de la vie et du cosmos, associées à certaines sciences classiques (psychologie, philosophie). Parmi les grands courants ésotériques retenons particulièrement le soufisme, le rosicrucisme, la franc-maçonnerie, les kabbalistes, le compagnonnage, le martinisme et certaines philosophies orientales.

Qu’en est-il du mysticisme ?

Le terme vient de deux mots grecs : mustikos (initier, enseigner) et mustérion (mystère). En Europe, cette approche est assez récente puisqu’elle prend sa source au milieu du 19e siècle, une période de crise et de questionnement plus ouverte à la spiritualité. Ailleurs dans le monde, des idéologies telles que l’islam, le soufisme, le judaïsme possédaient déjà leur propre école de pensée mystique.

Les différences principales

Ce qui différencie le mysticisme de l’occultisme et de l’ésotérisme, c’est qu’il relève principalement du domaine de la spiritualité et de ses mystères. Sur le plan religieux, c’est une doctrine dont la base est fondée sur une foi absolue. Elle peut correspondre à la recherche de Dieu à travers l’extase et la contemplation.

Relation Divine…

En philosophie, il s’agit de l’exploration de la possibilité de communications secrètes entre l’homme et le divin. La compréhension de cette approche peut s’avérer difficile, car elle est semble parfois contradictoire ; elle peut à la fois impliquer le rationnel, la science, la religion, la mythologie et le conceptuel. Voici un certain nombre des grands courants mystiques dans le monde : la théosophie, l’approche de Gurdjieff, la Kabbalah, l’Hasidisme…

Existe-t-il des recoupements entre occultisme et ésotérisme ?

En fait, on retrouve des thèmes et des savoirs ésotériques dans l’occultisme tandis que l’ésotérisme reprend des éléments de la pensée occulte, mais essentiellement dans sa version symbolique. Il est observé qu’un nombre croissant de mystiques (particulièrement ceux faisant partie de l’intelligentsia) souhaitent à en faire l’expérience de manière intellectuelle et non au sens fondamentalement occulte. Parallèlement, plusieurs adeptes de l’ésotérisme s’intéressent aux enseignements des mystiques orientales.

Les trois approches peuvent-elles se compléter ?

L’expérience a démontré que bien des voies peuvent être empruntées quand il s’agit de quête spirituelle. Les trois approches s’appuient sur des bases différentes, mais elles peuvent tout de même devenir complémentaires pour l’élévation spirituelle, lorsqu’elles sont utilisées à bon escient.

Laisser un commentaire

Exit mobile version